.
.
.
.
.
.

M-Squadron : Unit Interventie Mariniers

Le M-Squadron, anciennement Unit Interventie Mariniers (UIM), est une unité anti-terroriste appartenant aux commandos-marine néerlandais. Il était connu auparavant sous le nom de BBE - Bijzondere Bijstands Eenheid.

Le M-Squadron est une unité d'élite néerlandaise des forces spéciales formée pour les missions d'intervention de contre-terrorisme. Il se compose d'une sélection de marines (marins) spécialement formés dans les commandos marine hollandais, et il fait partie des Forces maritimes d'opérations spéciales (MARSOF), qui est la contrepartie maritime des Korps Commandotroepen de l'armée hollandaise.

Spécialiste dans la lutte antiterroriste, l'unité est capable d'opérer à l'intérieur et à l'extérieur des Pays-Bas, en mettant l'accent sur les opérations maritimes. Cela comprend également des opérations de reconnaissance à longue distance, d'action directe et d'assistance militaire, souvent conjointement avec des unités des Forces d'opérations spéciales maritimes (MARSOF).

Les unités similaires sont les équipe CTLO des commandos marine français et le SBS britannique.

Histoire

Le 22 février 1973, le gouvernement néerlandais a officiellement créé une unité spécialisée dans la lutte contre le terrorisme en réponse au massacre de Munich, lorsque 11 athlètes israéliens ont été assassinés par des terroristes palestiniens du Fatah. Le gouvernement a senti l'envie de protéger la nation contre de tels incidents dans l'avenir, et ainsi les membres du Corps des marines hollandais ont été sélectionnés pour cette unité spéciale. Les marines ont été choisies parce que, à cette époque, ils étaient particulièrement réputés : les marines hollandais sont des soldats endurcis, hautement qualifiés et professionnels.

Le 1er juillet 2006, un nouvel organe gouvernemental, Dienst Speciale Interventies (DSI) a été créé. Il s'agit d'un centre d'opérations conjoint pour les actions antiterroristes aux Pays-Bas . Les membres du M-Squadron et des unités spéciales de police travaillent ensemble et forment une unité d'intervention, qui permet de mélanger les compétences de la police et de l'armée.

DSI : Dienst Spéciale Interverties

Le Dienst Speciale Interventies est le centre d'opérations conjointes pour les opérations nationales antoterroristes, et il combine des unités spéciales des ministères de la Défense et de l'intérieur. Ces unités sont :

- M-Squadron ( Unité antiterroriste du Corps des Marines néerlandais );
- Brigade Speciale Beveiligingsopdrachten (Unité de sécurité spéciale de la Royal Marechaussee )
- Arrestatieteam (AT - Unité type SWAT de la police néerlandaise)

Les hélicoptères de la Marine royale néerlandaise assurent le transport aérien et un soutien supplémentaire.

Deux hélicoptères de la Dienst Luchtvaart Politie (Police Aviation Service) type AgustaWestland AW139 sont également disponibles pour l'utilisation par le DSI.

Missions du M-Squadron

- Mener des opérations spéciales en mer et sur terre
- Mener des actions de réaction rapide contre le terrorisme et de libération d'otages aux Pays-Bas
- Fournir une intervention maritime rapide (ports, plates-formes pétrolières, navires.)
- Aider la police néerlandaise et la Royal Marechaussee dans les opérations conjointes d'application de la loi et de lutte contre le terrorisme
- Agir comme un détachement de sécurité à bord des navires de la Marine royale néerlandaise pendant les missions humanitaires ou de maintien de la paix

Organisation

L'unité est caserné à Doorn, dans la province de l'Utrecht, et aligne dans ses rangs 100 membres. Le groupe est composé d'une cellule de commandemant et de deux pelotons opérationnels d'intervention.

La cellule de commandement est chargée de toutes les tâches administratives, mais elle doit aussi gérer la planification des entraînements, elle peut aussi prendre contact avec des groupes étrangers pour mener des simulation en coopération ou alors pour faire des échanges d'hommes ou de connaissances.

La cellule que nous pourrions aussi appeler technique est chargée de planifier les opérations extérieures et de prévenir les hélicoptères spéciaux de la marine pour une intervention par exemple, car le groupe n'en possède pas dans sa caserne.

La cellule technique, pour mener a bien ses tâches, doit aligner 20 membres.

Pour mener à bien les missions qui leur son confiées, les deux groupes s'entraînent en permanence sur tous types d'exercices, à l'instar des autres unités d'intervention. Les deux groupes ensemble regroupent 60 hommes.

Les soixante membres se répartissent dans 6 équipes qui comptent chacunes 5 combattants (1 chef d'équipe et deux bînomes). Chaque équipe est suivit par un infirmier aussi bien pour un blessé potentiel du côté de l'unité ou pour porter une assistance immédiate aux otages. Un commandant, qui peut être secondé par un adjoint, est à la tête de chaque équipe.

Sélection

La force du M-Squadron repose aussi sur une sélection très rigoureuse de ses membres, chaque candidat doit avoir servit au moins 2 années dans les commandos-marine néerlandais pour postuler.

Bien sûr, pour y accéder, les membres doivent subir des tests physiques, psychologiques et techniques.

Opérations

Le M-Squadron a connu beaucoup d'opérations depuis sa création. La première mission d'intervention réelle a été la reprise de la prison de Scheveningen en octobre 1974. Les opérateurs ont utilisé le combat au corps à corps et les grenades étourdissantes contre les mutins, qui s'étaient révoltés en maintenant la prison en état de siège.

La mission d'intervention la plus connue a été de mettre fin au siège combiné d'un train et d'une école primaire, ce qui a été fait par des terroristes sud-mollucains. L'UIM a réussi à tuer les 6 ravisseurs dans le train lors d'un raid court mais intense. Deux otages n'ont pas survécu. Le raid a été couronné de succès en raison du fait que la Royal Netherlands Air Force a été appelée, avec 6 avions F-104 Starfighter faisant de très faibles manoeuvres de survol en pleine post-combustion. C'était principalement une distraction, permettant un raid rapide et la neutralisation des six ravisseurs à bord. Le siège de l'école primaire a pris fin peu de temps après.

Le 13 mars 1978, le M-Squadron est intervenu sur une prise d'otages de la province à Assen . L'intervention arriva juste à temps : les pirates de l'air allaient exécuté deux personnes.

Une opération connue a eu lieu le 10 novembre 2004 à La Haye . La police avait tenté d'arrêter Ismail A. et Jason W. (membres du Réseau Hofstad ) dans une maison du Laakkwartier, mais a échoué, puisque trois policiers avaient été blessés par des grenades lancées par les terroristes. Les opérateurs du M-Squadron ont reçu l'ordre de sécuriser le site. Après un assaut, les deux jeunes terroristes ont été arrêtés.

En 2008, l'unité avait été actif en mer près de la Somalie en tant que détachement de sécurité pour la frégate de la Marine royale néerlandaise Hr. Mme De Ruyter, chargée de l'escorte des cargos qui ont été engagés par le Programme alimentaire mondial des Nations Unies . L'unité a été déployée à plusieurs reprises pour lutter contre les pirates qui ont tenté des raids sur les navires.

En avril 2010, une équipe s'est embarquée à bord de Hr. Mme Tromp et a repris le navire porte-conteneurs allemand MS Taipan au large des côtes de la Somalie, qui était sous le contrôle des pirates somaliens. Bien que plusieurs coups de feu aient été tirés, y compris une rafale de mitrailleuse sur le pont du navire, le seul blessé a été un opérateur légérement blessé lors de l'abordage.

Site non officiel