.
.
.
.
.
.

Les Commandos Marine

" Tue et prends la voile "

Aujourd'hui

La composante commandos marine compte environ 700 marins répartis au sein de sept unités de commandos marine, cinq sont des commandos de combat (Jaubert, Trépel, de Montfort, de Penfentenyo, Hubert) et 2 des commandos de soutien (Kieffer et Ponchardier). Six des sept commandos sont basés à Lorient. Le commando Hubert est basé à Toulon.

Les commandos marine ont trois domaines d’actions :

- les actions au large : contre-terrorisme maritime, lutte contre la piraterie, lutte contre les activités illicites
- les actions de la mer vers la terre (AVT) : amphibie (opérations amont / forces avancées), opérations spéciales de reconnaissance et renseignement
- les opérations spéciales à terre (OST)

Les cinq commandos de combat disposent de capacités communes :

- combat commando
- renseignement
- actions d’environnement
- maîtrise de tous les modes d’infiltration terrestres, nautiques et aéronautiques

et chacun dispose de capacités spécifiques :

- les commandos Trépel et Jaubert disposent de groupes spécialisés dans le contre-terrorisme et la libération d’otages (CTLO)
- les commandos de Montfort et de Penfentenyo mettent en œuvre des équipes spéciales de neutralisation et d’observation (ESNO)
- le commando Hubert dispose de groupes spécialisés dans le contre-terrorisme, la libération d’otages et l’action sous-marine avec les nageurs de combat.

Les 2 commandos d’appui mettent en œuvre les capacités suivantes :

- le commando Kieffer assure la capacité de commandement de groupement de forces spéciales et met en œuvre des cellules d’appuis spécialisés, au profit du commandement et des groupes (cyno, drones, NRBC, renseignement,…)

- le commando Ponchardier assure notamment des missions d’appui opérationnel au profit des groupes de combat, avec la mise en œuvre des moyens d’insertions maritime, aérien et terrestre (équipages, tireurs, maintenance) et des équipements opérationnels spécifiques (armements, munitions, optroniques, SIC ...)

Historique

C'est le capitaine de corvette KIEFFER qui réussit à persuader le commandement français de créer une unité capable de mener des actions amphibies et d'assauts en mer, même si à l'époque les moyens étaient moindres, les français sont allés de l'autre côté de la manche pour prendre exemple sur les Britanniques qui avaient une certaine avance en ce domaine.

Le premier commando fût appellé "compagnie de fusiliers marins". Cette compagnie commença à ce battre aux côtés des anglais pendant les différentes batailles de la seconde guerre mondiale. Le 12 novembre 1942 les premiers commandos-marine étaient nés et allaient au fil du temps et des guerres forger leur expérience.

Leurs origines Britanniques se remarquent au port du Béret Vert couché à l'opposé des autres unités militaires françaises (au-dessus de la tempe droite pour les unités classiques). Le brevet de Commando est porté par les Commandos Marine sur leur Béret directement ainsi que par une banane " Commando " sur la manche de leur uniforme au niveau de l'épaule.

Tous les Commandos Marine portent la fourragère rouge, car ils sont les héritiers de cette valeureuse unité. Son fanion porte les fourragères de la légion d'honneur, de la médaille militaire, et de croix de guerre des TOE (théâtre d' opération extérieurs).

Les Commandos Marine sont les héritiers du fameux 4ème Commando Franco-britannique dont l'esprit de combat est né dans les Landes d'Écosse en 1942. Cette célèbre unité, formée, pour partie de Français libre, s'illustrera durant l'hiver 1943-1944 sur les falaises du pays de Caux et surtout le 06 juin 1944 à Ouistreham, ou 177 d'entre eux, sous les ordres du Capitaine de Corvette Kieffer enfoncent les défenses Allemandes. Ces hommes aux bérets verts incliné sur le côté, comme celui de leurs camarades Britanniques, subiront des pertes énormes, mais ne cèderont jamais.

C'est ensuite la fantastique opération contre l'île de Walcheren en Hollande ou moins de 500 Commandos Marine viennent à bout de 1500 ennemis.

En 1946 la Marine Française crée une Ecole de Fusiliers Marins Commandos à Sirocco, prés d'Alger avec les Officiers et Commandos restant du Bataillon Kieffer. De Juillet 1945 à Décembre 1947, six Commandos Marine sont successivement mis sur pied. Ils portent le nom d'Officiers tombés au champ d'honneur, les Commandos Trepel, François, De Montfort, Jaubert, De Penfentenyo et Hubert. Les Commandos sont aussitôt envoyés en Indochine, notamment le long de la côte d'Annam, dans le delta du Mékong et au Tonkin ou le Commando François, au terme d'un combat héroïque autour de l'église de Nim-Binh, perdra plus de 50% de son effectif.



A partir de 1953, le Commando Hubert devient Commando Nageurs de Combat. D'Indochine, les Commandos Trepel, De Penfentenyo, passent en Algérie pour former la demi-brigade de Fusiliers-marins. Fin 1956 les Quatre Commandos (le Commando François étant devenu un Commando de réserve), participent à l'opération du canal de Suez et combattront ensuite de 1957 à 1962, au sein de multiples actions en Algérie.

Après un passage à Toulon, le GROUFUMACO (Groupement des Fusiliers Marins Commando) s'installe à Lorient, à l'exception du Commando Hubert (Nageurs de Combat) qui reste à Saint Mandrier.

Depuis 1962 les commandos marine participent à toutes les opérations extérieures majeures de l'armée française, en particulier au Liban, dans le Golfe Persique, en Bosnie, au Kosovo, en Somalie, au Rwanda, en Afghanistan, au large de la Somalie, au Mali, au Sahel et en République Centrafricaine.

Capitaine de corvette Philippe Kieffer

Le capitaine de corvette Philippe Kieffer est né à Haïti le 24 octobre 1899, dans une famille française d'origine alsacienne.Officier de réserve interprète et du chiffre (ORIC) de la Marine nationale, sur le cuirassé Courbet , il participe à la bataille de Dunkerque. avant de répondre à l'appel du général de Gaule et de rejoindre les Forces navales françaises libres (numéro matricule: 13 FNFL 40).

Très impressionné par les méthodes et les succès des commandos britanniques, il souhaite constituer une unité française de ce type. Dès le printemps 1942, il rassemble sous ses ordres une vingtaine de volontaires dans les environs de Portsmouth. Ces hommes formeront la Troop 1 des Bérets verts français. Promu lieutenant de vaisseau, puis capitaine de corvette à la veille du débarquement, le commandant Kieffer débarque en Normandie à la tête de ses hommes du 1er bataillon de fusiliers marins commandos, et, est deux fois blessé dès les premières heures des combats, le 6 juin. Il meurt le meurt le 20 novembre 1962 à Cormeilles-en-Parisi.

Site non officiel