.
.
.
.
.
.

DRA 10 : Détachement de Reconnaissance de l'Armée 10

DRA10 ou Détachement de Reconnaissance de l'Armée 10 est une unité d'élite professionnelle de l'Armée suisse créée en août 2007 dont le budget annuel est de 16 millions de francs suisses. Le Conseil fédéral peut décider seul de l'engagement de cette unité en se passant de l'aval du parlement.

Sélection

L’accomplissement des tâches exigeantes du DRA 10 nécessite des capacités mentales et physiques supérieures à la moyenne. C’est pourquoi les futurs militaires du DRA 10 sont soumis à une procédure de sélection rigoureuse qui se déroule en plusieurs étapes, une fois par an.

Lors de la sélection, les capacités physiques, psychiques et intellectuelles des candidats sont vérifiées en détail. Elle comprend, outre une exigence de base, une présélection de deux jours, un examen médical à l’Institut de médecine aéronautique (IMA), une sélection psychologique en collaboration avec l’Université de Zurich ainsi qu’un cours pratique de sélection de 19 jours. Les candidats ne peuvent être engagés en qualité d’explorateur de l’armée que s’ils ont réussi toutes les parties des examens.

Les candidats qui ont réussi les examens commencent l’instruction de base au DRA 10 en tant que sous-officier de carrière spécialiste ou d’officier de carrière spécialiste. Ensuite, ils accomplissent l’instruction de base, suivie de l’instruction de spécialiste et d’infiltration. La structure de l’instruction de base est identique pour tous les participants. Elle dure 52 semaines. Déjà après six mois, les participants du cours de base sont prêts à l’engagement pour un éventail de tâches restreint. En plus de l’instruction pratique aux différentes techniques d’engagement (protection, exploration, technique de patrouille, technique de combat, transmission, survie, service sanitaire, etc.), on attache une grande importance à certains contenus théoriques tels que le droit, la géographie, l’ethnologie, les compétences interculturelles, la politique de sécurité internationale, les techniques linguistiques et de communication, la tactique et la technique de commandement.

Après le cours de base, les militaires du DRA 10 sont intégrés dans l’une des sections, pendant que l’instruction de spécialiste se poursuit en parallèle. Il s’agit d’une instruction intensive qui consiste à consolider la technique d’infiltration de la section, l’instruction en formation à l’échelon du détachement d’engagement ainsi que la spécialisation individuelle soit comme spécialiste du domaine sanitaire, spécialiste des transmissions, spécialiste des explosifs ou tireur d’élite et à les appliquer dans différentes situations.

Aujourd’hui, les militaires qui servent dans le DRA 10 sont âgés de 22 à 42 ans et leurs grades vont du sergent jusqu’au lieutenant-colonel. Leur formation professionnelle de base va des métiers manuels jusqu’aux hautes écoles.

Recrutement

Les exigences de recrutement sont élevées, obtention de la maturité ou d'une formation équivalente et la maîtrise d'une deuxième langue nationale ainsi que l'anglais, une excellente condition physique, une grande résistance psychique et une disponibilité pour des engagements à l'étranger. Chaque année 10 candidats sur environ 300 sont retenus après des tests physiques et psychiques s'étalant sur trois semaines qui sont suivis de trois mois en caserne. Les membres du DRA10 proviennent principalement des grenadiers et des éclaireurs-parachutistes. Les membres sélectionnés subissent ensuite une formation de dix-huit mois, majoritairement à l'étranger.

Formation

Les soldats du DRA10 suivent dans leur formation de base des cours de combat rapprochés, de survie, de droit, d'anglais, de psychologie et d'ethnologie.

Composante

Le DRA10 compte une centaine de soldats entraînés à la protection de personnes et des infrastructures en 2008. L'effectif est calculé pour mener simultanément plusieurs missions. Ces soldats s'engagent pour cinq ans et sont en permanence mobilisables. En 2009, la moyenne d'âge y est de 28 ans. L'unité est constituée de 4 sections : parachutiste, montagne, motorisé et amphibie.

Engagement

Le détachement a été créé pour faire face à des engagements hors de Suisse, par exemple la protection des citoyens suisses ou le soutien à une ambassade suisse ou en général là où les intérêts du pays sont menacés. Selon le conseiller aux États Didier Burkhalter, le DRA10 s'est déjà entraîné hors de Suisse (le détail de ces entraînements est un secret militaire) et il aurait pu l'être encore plus souvent sans certaines hésitations politiques. Une participation à la Mission Atalanta a été envisagée. La marine française aurait pu accueillir les soldats du DRA10. Lors de la crise diplomatique entre la Suisse et la Libye (2008-2010), en mai 2009, l'opération SAKR3 devait exfiltrer les otages par mer, 4 membres de l'unité se seraient trouvés sur place du 20 mai au 2 juin mais l'opération n'eut finalement pas lieu.

Site non officiel