.
.
.
.
.
.

EKO - EinsatzKommando

"Le groupe Cobra"

Présentation

Le EKO est le groupe antiterroriste autichien, un pays qui n'a heureusement pas connu les affres du terrorisme international. Mais depuis la création de cette unité en 1978, le EKO s'entraîne et prend contact avec de nombreux groupes étrangers pour se préparer à tous les risques d'attaques de plus en plus fréquents à notre époque.

Le EKO est caserné à Wiener Neustadt à quelques 30 kilomètres de la capitale du pays Vienne. Le surnom donné au groupe est "Cobra" et qui à remplacer son surnom de départ qui était " Scorpion".

Ce groupe a été créé dans les années soixante-dix et portait à la base la dénomination de Gendarmerie Kommando Bad qui était à l'époque chargé de protéger les trains d'immigrés juifs provenant des pays soviétiques.

En 1978 le groupe changea de nom et prit le nom de GEK, mais depuis 2002, il porte ne nom de EKO qu'il porte toujours aujourd'hui, et c'est à la même époque qu'il prit caserne à l'extérieur de Vienne.

Le EKO malgré son nom est placé sous l'autorité du ministère de l'intérieur qui est plus à même de gérer ses missions et de l'envoyer aux quatre coins du pays. Ce groupe possède dans sa structure 2 entités:

- La 1ère est composé de la cellule de commandement, de l'instruction, de l'appui logistique et de toutes les tâches administratives.

- Le 2ème est un groupe d'intervention comme on l'entend avec ses sections d'assaut.

Structure du deuxième groupe

Comme la majorité des groupes européens et internationaux le EKO doit subdiviser son 2ème groupe en plusieurs, plus petits, pour une meilleure efficacité. Donc les 100 membres du groupe opérationnel sont répartis dans 5 sous unités et chacun de ses unités gérent 20 opérateurs.

Pour les interventions le EKO met en place le plus souvent des groupes d'une dizaine d'éléments mais dans le cas d'une intervention massive plusieurs groupes peuvent être regrouper et ainsi allier leurs forces.

Dans chaque groupe un membre est spécialiste, soit du tir longue-distance ou alors à des bases en explosifs et en démolition.

Le EKO n'est jamais vraiment intervenu dans des libérations d'otages majeurs à part peut être la prise d'otages en 1975 par le terroriste Carlos des ministres de l'OPEP (Pays des Pays Exportateurs de Pétrole) mais à l'époque la base du groupe n'était pas stable, pour une intervention sûre.

Mais le EKO tente de rencontrer le maximum de groupes notamment européens pour mener soit des exercices en coopération ou alors pour échanger des techniques ou tout simplement pour prendre part de l'expérience de groupe comme le GIS, le NOCS; les SEK ou le GSG-9.

Vu le nombre limité d'intervention antiterroriste du EKO, des missions comme la protection de dignitaire en visite à l'étranger leurs ont été attribuées. Mais le EKO porte aussi très souvent assistance aux polices des alentours ou pour des arrestations à haut risque. Des missions de prévention et de maintien de l'ordre public a aussi été rajouté à leurs compétences. C'est pour cela que depuis 1981 des éléments du EKO sont présents en civil dans des avions de ligne ou alors sont à bord de cars transportant des supporters étrangers.

Sélection et formation

Tous les éléments du EKO proviennent de la gendarmerie autrichienne et doivent subir des épreuves autant physiques que psychologiques. Les candidats aspirants à entrer dans l'unité Cobra doivent subir des tests et s'ils sont bons ils pourront après un entretient avec des officiers, intégrés un stage de formation dans lequel ils pourront toujours être renvoyer. Cette formation permet de leur donner les bases, que doit maîtriser tout élément d'un groupe antiterroriste.

L'appartenance au EKO dur à peu près 3 ou 4 ans et peut être prolonger des quelques années ensuite les gendarmes rejoignent leur brigade ou ecadron mobile. L'âge moyen des membres est de 28 à 30 ans.

Pendant leur période opérationnelle les gendarmes du groupe sont de service par rotation de 12 jours et ainsi à tous moments un groupe est prêt et opérationnel. Durant leur passage chez les Cobras les gendarmes apprendront à maîtriser les armes de tous calibres et surtout se spécialiseront dans les arts martiaux. Ils apprendront à stopper des véhicules forçant un barrage, s'entraîneront à la neutralisation à longue portée et feront des stages de descente en corde.

Un point tout particulier est aussi bien sûr apporter pour les progressions dans des bâtiments ou dans les déplacements en milieux urbains ou forestiers.

Matériel

Malgré les interventions antiterroristes peu fréquentes les membres du EKO sont souvent appelés pour des arrestations difficiles et dangereuses. C'est pour cela que leur équipement et leur système de protection sont important. Le EKO à adopter comme de nombreux groupes européens de visières blindées pour protéger les membres de projectiles visant la tête. Chaques gendarmes portent une combinaison grise avec un gilet par balles de couleur sombre. Pour la protection en groupe le EKO possède de lourds boucliers blindés.

Armement

- Des pistolets FN Herstal en 9mm para et des Glock en différentes versions et dans le même calibre.

- Des revolvers MR 73 chargés en 357 magnum.

Des pistolets mitrailleurs Uzi mais pratiquement abandonner de nos jours pour des fusils d'assauts plus puissants, des Steyr AUG en 5.56mm et qui ont un design particulier mais qui peuvent adopter des systèmes de visée holographiques ou point rouge.

- Les HK MP5 sont aussi présents dans l'armurerie de l'unité dans des versions SD6, A3 et K. A côté du pistolet mitrailleur allemand le EKO possède des Steyr TMP très prisés par les Cobras en milieux clos.

- Pour des appui lourd les membres du EKO possède des fusil en calibre 12 comme le Spas 12 et le Remington 870. Ses armes peuvent être aussi bien utilisées pour détruire une serrure avec des munitions "démo", ou alors pour attraper un individu vivant avec des munitions non létales.

- Pour le tir à longue-distance le EKO possède des carabines Steyr SSG 69 chambrées en 7.62x51 et qui sont aptes à faire feu sur des objectifs situés jusqu'à 600 mètres au maximum pour garder le plus de chance de toucher de petites cibles de la grandeur d'une tête.

Site non officiel