.
.
.
.
.
.

GSG9 - Grenzschutzgruppe 9

Présentation

Le gouvernement fédéral qui répugnait à créer des unités spéciales s'y est résolu après la tuerie de Munich en 1972. La constitution d'un groupe d'intervention n'a pas été confiée à la Bundeswehr mais à la police des frontières qui a été conseillée par le SAS britannique quant à la formation du personnel. Le recrutement se fait néanmoins dans l'armée mais le postulant doit en démissionner. Après sa formation, il restera en principe affecté au GSG-9 jusqu'à sa retraite.

La solde est modeste et les conditions de vie sont spartiates. Le GSG-9 est divisé en trois détachements: les GSG 9/1 et 9/2 qui comptent chacun un effectif d'une centaine d'hommes sont respectivement affectés au contre-terrorisme en général et au contre-terrorisme maritime; le GSG-9 / 3 compte une cinquantaine d'hommes spécialisés dans le contre-terrorisme aérien.

L'entraînement dure 22 semaines à Weingarten. 13 semaines sont consacrées à la formation de base anti-terroriste. Les 9 semaines restantes sont utilisées pour la spécialisation des élèves. Le GSG 9 est intervenu dans la lutte contre la Fraction Armée Rouge.

Organisation

Le GSG 9 dénombre 200 à 250 opérateurs et est divisé selon différents groupes :

Unité D'application (GSG 9/1) : Cette unité d'assaut s'occupe des missions anti-terroristes qui impliquent la progression sur terrain. Ces missions incluent le terrorisme urbain "standard" : sauvetage d'otage, négociation et libération d'otage, neutralisation de cibles spécifiques, investigation d'emplacements stratégiques, installation de tireur isolé et chasse de fugitifs dangereux.

Unité D'application (GSG 9/2) : Cette unité d'assaut est le groupe anti-terroriste maritime, il gére les missions exigeant l'insertion par l'eau comme le détournement de bateaux ou encore l'installation côtière.

Unité D'application (GSG 9/3) : Cette unité d'assaut est la branche parachutiste, elle intervient dans des situations exigeant l'insertion par l'air. Les membres sont en constante formation. Ils sont compétents pour toute forme d'assaut aéroporté incluant : le vol, la connaissance des divers avions, la ligne statique et la chute libre (HALO/HAHO), ainsi que toutes les méthodes parachutantes.

Unité Technique : c'est une unité d'appui qui facilite l'accès à une cible. Sa mission inclut aussi l'approvisionnement, et la mise à l'épreuve de l'équipement technique utilisé par les unités d'application.

Services Centraux : Cette unité est l'arsenal du GSG 9, elle met à l'épreuve le matériel et gére l'approvisionnement des armes, des explosifs et 'autres équipements tactiques. Elle répare et entretient toutes les armes existantes.

Unité de Documentation : Cette unité assure les moyens de communication du GSG 9. Mise à l'épreuve et approvisionnement des systèmes de communications, maintenance et réparation des systèmes actuels, installation des communications et de la surveillance cible (photo, vidéo et radio) pendant des opérations.

Formation d'Unité : Cette unité est responsable du recrutement,.Ellel crée aussi et met à jour des manuels traitant des concepts tactiques.

Personnel d'Opérations : Unité administrative, elle crée les directives pour l'unité entière et gére la liaison avec d'autres unités et différentes organisations.

Chaque unité d'assaut est dirigée par un commandant et comprend une équipe de commande de cinq hommes. En plus de cette équipe, il y a cinq équipes opérationnelles composées par sept hommes. Le GSG 9 ayant choisi l'équipe de commande comme son unité de combat de base.

Chaque équipe comprend un commandant, un grenadier, un homme en couverture, un homme de point et un tireur de précision. Le GSG 9 a aussi son groupe d'aviation propre appelé Grenzschutz-Fliegergruppe; on prétend qu'il contient certains des meilleurs pilotes en Allemagne

Sélection / Formation

En comprenant que les compétences des groupes d'intervention étaient inexistantes en Allemagne, le Colonel Wegener est entré en contact avec les deux unités qui pourraient l'aider les SAS et le Sayeret Matkal. Tandis que le rôle du SAS dans la création de GSG 9 est bien connu, il n'y a aucune information solide sur le rôle du SM'S - d'autant plus que le gouvernement israélien s'abstient d'habitude de reconnaître quelconque relation avec l'Allemagne en public.

Les candidats au GSG 9 doivent venir du BGS et avoir un minimum de 2 ans de service. Le personnel militaire souhaitant joindre le groupe doit démissionner et et se réengager au sein du BGS en ayant remplis les exigences de service minimales. Ce n'est evidemment pas une décision facile, car il n'y a aucune garantie d'intégrer le BGS.

Tous les candidats seront évalués par une équipe de psychiatres qui jugeront de leurs capacités mentales, vigilance, des temps de réaction et la concentration et détermineront s'ils possèdent un profil approprié. À la fin de cette session, un entretien avec un jury de 9 officiers déterminera les motivations de chacun à intégrer l'unité. Ceux qui passent avec brio ces epreuves commenceront leur formation.

Les 13 premières semaines sont consacrées à l'étude d'habiletés(de compétences) au travail de base d'anti-terrorisme. La somme de travail universitaire est beaucoup plus importante que dans d'autres unités parce que l'on considère les opératerus GSG 9 comme des policiers par dessus tout. Les 9 semaines qui suivent sont consacrées aux habiletés avancées; comme la connaissance des bâtiments: avion, bateaux, trains et d'autres véhicules.

Ils sont formés aussi à l'insertion aéroportée (la ligne statique, le HALO, HAHO), l'insertion flottante (la plongée, l'opération SDV, sur bateaux) avec Kampfschwimmer de la Marine allemande et des techniques d'insertion de terre (conduite de toutes les sortes de véhicules, conduite défensive et conduite offensive). Le taux d'abandon lors de cette formation est de 80 pour cent.

Les candidats qui passent la phase initiale sont enfin reconnu comme membres du GSG 9. L'identité du GSG 9 est classée secret défense afin de protéger les membres de toute attaque et représaille de terroristes. À la différence de la plupart des autres SpecOps et des unités anti-terroristes, les opérateurs ne quittent l'unité que si ils le choisissent.

Cela crée une continuité dans le groupe et les opérateurs expérimentés peuvent ainsi aider à instruire de nouvelles recrues. Nouvellement reconnus commandos, les recrues seront envoyés en formation à la LRRP de l'OTAN, école située àWeingarten en Allemagne. Le GSG 9 reçoit une formation plus large en collaboration avec d'autres unités comme la Delta, DevGroup, SAS, SBS, GIGN...

Lors de ces sommets l'habiletés au tir est fortement considèrée, le GSG 9 déteint quelques tireurs reconnus comme faisant partis des meilleurs. En moyenne un opérateur tire jusqu'à 2500 cartouches par semaine.

Equipement

Le plus souvent les membres se déplacent dans des véhicules très rapides comme les Mercedes ou BMW, de plus elles sont fabriquées en Allemagne.

L'allemagne possède aussi la firme Heckler et Koch qui peut livrer de très nombreux modèles au groupe antiterroriste. Ainsi l'armurerie du groupe est composé de nombreux H&k MP5 dans toutes ses versions imaginables. Des H&K G3 ou PSG1 pour le tir de précision. Ainsi que de pistolets automatiques H&K P7 et P9 en 9mm, accompagner par des revolvers en .357 magnum ou 38sp.

Pour les assauts de bâtiment le GSG9 possède un hélicoptère de l'armée de terre qui est mis à sa disposition.

Missions

Le GSG 9 a participé à plus de 1300 opérations depuis son existence. Parmis toutes celles-ci, seulement quatre ont exigé l'utilisation d'armes à feu; deux fois contre des personnes humaines et deux fois contre des chiens de garde. La majorité de ces opérations est classée secret défense et ne peut être divulguée au grand public; cependant, nous allons vous détailler une d'entre elles.

18 octobre 1977 : Operation Magic Fire : . Quatre terroristes arabes (deux hommes et deux femmes) ont détourné le Vol LH181 Lufthansa, Boeing 737, volant des Baléares vers l'Allemagne avec plus de 80 passagers à bord. Le leader, se faisant appelé Mahmoud, a exigé la sortie des leaders du groupe Baader-Meinhof emprisonnés en Allemagne et 90 millions de livres.

L'avion a volé vers Rome, où il a été ravitaillé en combustible, puis vers Chypre où il a été ravitaillé en combustible de nouveau et ensuite à Dubaï. Ici, le Capitaine pilote Jurgen Schumann, se chargeait de communiquer le nombre de terroristes au personnel au sol. Plus tard, Mahmoud tua Schumann après l'avoir accusé d'avoir communiquer avec la police. Il ordonna copilote de voler vers Mogadishu, en Somalie. Une fois arrivé, Mahmoud réitéra ses demandes et jeta le corps de Schumann sur la piste de décollage.

Inconnu des terroristes, un groupe de 30 hommes du GSG 9 suivi l'avion depuis Chypre à bord d'un Boeing 707 modifié appelé "Stuttgart". Quand l'avion détourné atterri en Somalie, le groupe se déploya pour assaillir l'avion. Plus tard, 30 autres hommes dont le Colonel Wegener arrivérent en renfort. Avec le groupe, deux opérateurs SAS embarquérent avec une nouvelle invention : les flashbangs.

En guise de diversion, les troupes somaliennes allumérent un feu pour distraire les terroristes. Deux d'entre eux, y compris Mahmoud, sont allés à la cabine. À ce moment même les portes furent ouverte à l'aide d'explosifs. Les deux memebres SAS jetérent leur flashbangs et le GSG 9 monta à bord. L'assaut se fini rapidement.

Mahmoud, bien que blessé jeta deux grenades mais elles éclatérent inoffensivement sous les sièges. Seulement un terroriste, une femme qui s'étant barricadée dans les toilettes, survécue à l'assaut. Tous les passagers ont été sauvés et quelques uns ont été traités pour des blessures superficielles.

Site non officiel