.
.
.
.
.
.

KCT - Korps Commando troepen

Les Korps Commandotroepen (KCT) sont les forces spéciales de l'armée royale néerlandaise . Il s'agit de l'une des trois principales unités chargées d'opérations spéciales aux Pays-Bas (les autres étant les Forces maritimes spéciales d'opérations (NL MARSOF) du Corps des marines néerlandais et la Brigade Speciale Beveiligingsopdrachten (BSB) de la Royal Marechaussee). Déployable n'importe où dans le monde en toute circonstance, conduisant toutes les missions concevables de l'ensemble des opérations spéciales, y compris la lutte contre le terrorisme à l' étranger. C'est une unité comparable au 1er RPIMa français.

Histoire

La Seconde Guerre mondiale

Les racines du KCT remontent à la Seconde Guerre mondiale . Sous le nom No.2 (Dutch) Troop, les premiers commandos hollandais ont été formés à Achnacarry, en Écosse, dans le cadre du commandement n °10 (interallié) . L'unité a été formée le 22 mars 1942. Son but était de mener des opérations spéciales qui, à l'époque, étaient des opérations jugées trop complexes et trop dangereuses pour le personnel militaire conventionnel. L'unité a été dissoute en octobre 1945, mais ses membres ont continué à se battre dans les Indes orientales hollandaises, alors que d'autres ont formé le Stormschool (1945-1950), situé à Bloemendaal . En 1949, le Stormschool s'installe à l' Engelbrecht van Nassaukazerne à Roosendaal , aujourd'hui garnison de l'actuel KCT.

Indes néerlandaises

Korps Insulinde (1942-1945) a été chargé de conduire la guérilla à Sumatra contre les Japonais. Après la capitulation japonaise, le Korps Insulinde a été chargé de la recherche et du sauvetage des prisonniers de guerre (hollandais). En novembre 1945, l'unité est démantelée et ses membres se joignent au Dépôt Speciale Troepen et aux anciens membres de la troupe No.2 (néerlandaise) pour former le Régiment Speciale Troepen (1945-1950). Cette nouvelle unité a été impliquée dans les guerres indépendantistes indonésiennes après la Seconde Guerre mondiale. Après l'indépendance de l'Indonésie reconnue par le gouvernement néerlandais en 1949, la TVD est revenue aux Pays Bas. Le 1er juillet 1950, sur recommandation parlementaire, la RST a fusionné avec le Stormschool à Roosendaal pour former le Korps Commandotroepen actuel.

Aujourd'hui

Après la chute du mur de Berlin en 1989, beaucoup de chose ont changé. Des événements particuliers ont façonné l'organisation et la capacité des forces armées, et en particulier celle du KCT. Avec la menace de la guerre froide qui a reculé, de nombreux nouveaux conflits sont apparus dans le monde entier. Depuis les attentats du 11 septembre, le terrorisme mondial est devenu la plus grande menace, et il ya eu une très forte demande d'unités spécialisées dans la lutte contre le terrorisme, capables de fonctionner à l'étranger. Pour répondre à ces exigences , l'ancien rôle du Commando Waarnemer-verkenner (Commando Force Reconnaissance) a été remplacé par celui du Commando Speciale Operaties (Commissions spéciales Opérations) moderne et polyvalent.

Le KCT est passé d'une unité de conscrits, à une unité entièrement professionnelle en 1995. Les derniers conscrits ont fait place aux opérateurs professionnels en 1996, lorsque la conscription hollandaise a été suspendue. Dès lors, le KCT a subi des changements drastiques dans sa structure et sa capacité opérationnelle avec beaucoup de succès. Il est devenu une unité de forces spéciales mature, professionnelle et polyvalente et a acquis une réputation considérable. Les déploiements en Bosnie, au Kosovo, en Macédoine, en Iraq et, plus récemment en Afghanistan ont fourni de nombreuses nouvelles connaissances. Les opérations ont réussies des opérations de contre terrorisme en Côte d'Ivoire (2004) et au Moyen-Orient (2006) ont prouvé à nouveau que le KCT est une unité extrêmement capable, hautement indépendante et polyvalente.

Il se compose de quatre compagnies (103, 104, 105 et 108) 3 types commando et une de soutien.

Avec cette organisation, le KCT pourrait faire face à un éventuel déploiement long de trois années consécutives. Les soldats néerlandais ne peuvent en effet enchaîner des déploiements à l'étranger long de six mois qu'en intercalant douze mois de présence au pays. Le KCT fait donc tourner ses troupes sur une base de trois mois.

Cela signifie que lorsqu'une compagnie déploie des équipes sur un théâtre d'opération, la deuxième s'entraîne pour ce même déploiement, tandis que la dernière s'entraîne pour des opérations normales.

Outre les trois compagnies de combat, le KCT possède une compagnie mixte de soutien d'entraînement et de commandement. Avec cette structure, le Korps est capable d'envoyer quatre équipes dans deux zones de déploiement simultanées. En temps de guerre, dix autres équipes seraient mobilisées et viendraient s'ajouter à cette force.

Missions

- Reconnaissance à long terme / Collecte de renseignements
- Lutte contre le terrorisme à l'étranger
- Opérations offensives pour protéger le territoire national et l'OTAN
- Opérations de maintien de la paix
- Action directe:
- Neutralisation
- Capture
- Sabotage
- Destruction des infrastructures ennemies
- Libération d'otages
- RESCO : Recherche et sauvetage de combat

Sélection / Formation

Le KCT accepte les demandes de personnel militaire (infanterie) et de civils. Pour se conformer aux directives de recrutement de l'Armée royale néerlandaise, le KCT accepte les hommes et les femmes, mais en raison des conditions extrêmes pendant la sélection, il a été jugé impossible aux femmes de terminer toute la formation.

Phase 1 : Pour intégrer le KCT, tous les candidats civils et militaires doivent participer à une épreuve de trois jours. Cette épreuve consiste à tester l'endurance physique et mentale de chaque individu, suivie par les cadres du KCT et les psychologues de la Défense, qui feront un profil de chaque participant.

Une fois les 3 jours validés, ils commencent avec la formation initiale.
Les candidats civils seront emmenés à l'AMOL, une formation parachutiste de 17 semaines avec la brigade Luchtmobilele (brigade d'assaut aérien), leur permettra de se préparer fermement avec les compétences militaires de base.
Les candidats militaires ignoreront cette partie, et commenceront une remise à niveau de 8 semaines, le «warm-up» comme préparation pour le cours élémentaire de commando (ECO).
Les candidats civils nouvellement sortis de l'école parachutiste rejoindront les candidats militaires à ce moment et se formeront pendant 8-9 semaines.

Phase 2 : Le taux d'échec est de 95% pour les civils et 90% pour les militaires.
L'ECO ( elementaire commando opleiding , cours élémentaire de commando) sert de phase finale de formation et de sélection. Bien que secrète, on peut penser à un conditionnement physique et mental presque continu. La plupart des 8-9 semaines se font en dehors de Roosendaal, et certaines parties en montagne. La dernière semaine est l'exercice final, "semaine de l'enfer", qui dure 5 jours regroupant : activité physique continue, évasion et survie, marches forcées et marches de vitesse, couplé avec la privation de sommeil.

Phase 3 : L'ECO validée octroie le droit temporaire de porter le béret vert, et l'opérateur poursuit avec la vaktechnische opleiding speciale operaties ( formation de l'opérateur ). Cela dure jusqu'à 12 mois et forme l'opérateur dans le spectre complet des opérations spéciales. L'opérateur du KCT est un spécialiste de la lutte contre le terrorisme, mais est également formé comme un médecin, un expert en démolition ou un sniper. De nouveaux chefs d'équipe opérationnels et des sous-officiers supérieurs seront formés au titre de spécialistes en communication. En outre, les équipes de KCT ont chacune une spécialisation soit en montagne, maritime ou en déploiement par le parachute HAHO / HALO. Chaque opérateur reçoit une formation complémentaire au niveau de l'équipe lorsqu'il sera affecté. À ce stade, l'opérateur a le droit permanent de porter le béret vert. Finalement, l'opérateur terminera également le cours de lutte contre le terrorisme (CT).

Attributs

Les opérateurs KCT portent un béret Vert Commando . Cette nuance de vert est également utilisée par le personnel britannique Commando Qualified et internationalement porté par d'autres unités commando.

L'emblème de béret en laiton KCT présente un couteau de combat Fairbairn-Sykes, une grenade à main et un ruban avec la devise de l'unité : Nunc aut Nunquam ( maintenant ou jamais).

Le fond de l'emblème se compose d'une police gothique "W", indiquant le nom Wilhelmina, Reine des Pays-Bas de 1898-1948 . L'emblème du béret est porté sur un fond noir avec une bordure verte.

Site non officiel