.
.
.
.
.
.

KSK - Kommando Spezialkräfte

Le Kommando Spezialkräfte (Unité des forces spéciales) fait partie des forces spéciales de la Bundeswehr. Il est étroitement modelé sur les Special Air Service (SAS) britanniques. Division Schnelle Kräfte. L'unité est sous commandement de la DSK : Division Schnelle Kräfte.

Histoire

De 1973 jusqu'à la formation de la KSK en 1996, le gouvernement de l'Allemagne de l'Ouest (et plus tard l'allemagne) a confié toutes les activités de lutte contre le terrorisme et les opérations spéciales au GSG9, une police hautement qualifiée créée peu de temps après la prise d'otages Jeux olympiques de Munich . Avant 1973, l'armée de Fernspäher (Long-Distance Reconnaissance), la marine de Kampfschwimmer (Combat Swimmers/"Nageur de combat"), et (jusqu'en 1989) les compagnies d'escorte spéciales d'armes-Sonderwaffenbegleitkompanien étaient les seules unités militaires employables. Après l'activation du KSK le 1er avril 1997, tous les Fernspähkompanie sauf un ont été dissous ou fusionné dans l'unité nouvellement constituée.

Les déploiements de KSK nécessitent l'autorisation du Bundestag (Assemblée fédérale). L'unité a participé à de nombreuses campagnes antiterroristes en Europe et à l'étranger; Parmi les engagements connus figurent des opérations au Kosovo, en Bosnie-Herzégovine et plus récemment en Afghanistan.

Oranisation

Etat Majordu KSK
Service psychologique
Service linguistique

Groupe de développement de la Force

Forces opérationnelles
1ère Commando
2ème Commando
3ème Commando
4ème Commando Compagnie
Commando Spécial
Centre de formation et de perfectionnement

Forces de soutien
Commandement / Support
Peloton logistique
Peloton d'approvisionnement
Peloton d'entretien
Peloton de soutien
Centre médical

Forces opérationnelles

Les unités prêtes à combattre sont divisées en cinq equipes "commando" d'une centaine d'hommes. La Compagnie Commando Spéciale est normalement dotée de membres vétérans, assumant divers rôles de soutien. Chacune des quatres "compagnies commando" dispose de cinq pelotons spécialisés, chacun possédant une spécialité et une capacité uniques qui peuvent être adaptés au terrain et à la situation, selon le type d'action requise :

- Peloton de commandement
- 1er peloton : Infiltration terrestre
- 2e peloton : Recherche de renseignements et opérations aériennes
- 3e peloton : Opérations amphibies
- 4e peloton : Opérations dans des environnements géographiques ou météorologiques particuliers (Ex. Montagnes ou régions polaires)
- 5e peloton : Reconnaissance et opérations de tir à distance / contre-sniping

Il y a quatre escadrons de commando dans chaque peloton. Chacunes de ces escouades se compose d'environ quatre membres qui ont été sélectionnés au seins de l'armée allemande. Chaque membre de l'escouade est spécialement formé comme expert en armes, médecin , génie ou expert en transmissions. En outre, certains groupes peuvent contenir d'autres spécialistes, comme des experts en armes lourdes ou en langues étrangères.

Sélection / Formation

Initialement, seuls les officiers et sous-officiers de la Bundeswehr pouvaient demander à intégrer le KSK. Comme condition préalable à l'entrée, le cours de commandement de la Bundeswehr (Einzelkämpferlehrgang) doit avoir été rempli par le demandeur. Depuis 2005, des demandes ont également été ouvertes aux civils et aux engagés volontaires qui doivent terminer un cycle de formation d'une période de 18 mois avant le début du processus de sélection intense du KSK.

Le processus de sélection est divisé en deux phases : un programme d'entraînement physique et psychologique d'une durée de trois semaines (normalement un taux de réussite de 40%) et plus tard une phase d'endurance physique de trois mois -10% de réussite). Au cours de cette dernière phase, les KSK utilisent la "Forêt Noire" comme terrain d'exercice pour les opérateurs potentiels. Pendant ce temps, les candidats doivent subir une épuisante course de 90 heures, suivie d'un cours international de trois semaines sur la survie au Centre multinational d'entraînement aux opérations spéciales (anciennement l'École internationale de reconnaissance à longue portée ) à Pfullendorf .

Après avoir réussi le processus de sélection, les candidats peuvent être autorisés à commencer leur cycle de formation de 2-3 ans avec le KSK. Cette formation comprend une vingtaine de cours sur la jungle, le désert, l'urbanisme et le contre-terrorisme dans plus de dix-sept écoles dans le monde entier : en Norvège pour les régions arctiques, en Autriche pour les régions montagneuses; El Paso, au Texas ou en Israël pour une formation désert ou brousse, San Diego pour les opérations amphibies et le Belize pour le stage jungle.

Selon les communiqués de presse de mai 2008, la Bundeswehr vise à promouvoir l'attractivité du service dans le KSK pour les femmes. Le KSK n'était plus limité aux troupes masculines après que la Bundeswehr ait ouvert toutes les unités aux femmes en 2001. Depuis 2015 au KSK, des femmes occupent des postes auxiliaires.

En 1997 le centre ILRRPS a été déplacé à Pfullendorf, dans la caserne de Generalobert van Fritsch au sud de Stutgart et à 20 km au nord du Lac Consatnce. Ce centre dirigé par un colonel allemand vise à former les groupes spécialisés intégrés à l'OTAN. L' ILRRPS forme aux techniques de reconnaissance en profondeur et au recueil d'informations en territoire hostile dans le cadre d'opérations spéciales.

Attributs

Les membres du KSK portent des bérets marrons comme symbole de leurs racines dans les unités aéroportées. Un insigne métallique est porté, elle se compose d'une épée entourée de feuilles de chêne. Le drapeau allemand est représenté au bas de l'épée.

Le Kommandoabzeichen est un écusson de tissu porté sur la poche gauche de l'uniforme. La conception du badge commando est semblable à l'insigne en métal porté sur le béret. Il représente une épée d'argent sur fond vert clair entouré par des feuilles de chêne. Le badge a été autorisé à être porté en 2000 par le président Johannes Rau.

Site non officiel