.
.
.
.
.
.

MJK - Marinejegerkommandoen

Le Marinejegerkommandoen (MJK) est une unité de force spéciale de la marine royale norvégienne. Fondée en 1951, cette unité est spécialisée dans la guerre non conventionnelle, le sabotage, la reconnaissance le long des côtes du pays. Elle est intervenue en Afghanistan.

Le MJK est sous le commandement du Norwegian Special Operations Command (NORSOCOM) ainsi que le Spesialkommando Forsvarets (FSK), avec le MJK étant la plus ancienne des deux unités. L'unité est basée sur la base navale de Ramsund dans le nord de la Norvège, avec d'autres opérateurs MJK stationnés sur la Haakonsvern base navale dans le sud-ouest de la Norvège.

MJK est employé dans toute la gamme des "nageurs de combat", y compris les actiosn terrestres, le combat en milieu artique, la reconnaissance spéciale, la récupération ou la protection des navires et d'installations pétrolières, divers action de contre-terrorisme, la libération d'otages et l'action directe .

Pour devenir un opérateur MJK complet, la formation prend un minimum de deux ans et est en outre complété par des formations spécialisées, comme médecin de combat, sniper et JTAC (appui aérien avancé).

Comme avec toutes les forces d'opérations spéciales modernes, la formation pour devenir un opérateur MJK est longue et ardue, à la fois physiquement et mentalement. Par exemple, au cours de la phase de sélection (une des dernières phases de la formation des opérateurs MJK), chacuns des candidats (qui , à ce stade de la formation se compose d'environ 5-8 hommes sur 100 à 200 au départ) doivent porter un sac de 60 kg tout en étant traqué par une "force ennemie" composé de garde frontière, de militaires et d'unité cynophile et de policers. À un certain moment au cours de la formation, les candidats sont capturés et doivent endurer 36 heures de l'interrogatoire intense (coxage).

© Torbjørn Kjosvold

Histoire

A l'automne 1940, deux unités militaires norvégiens ont été mis en place au Royaume-Uni. Leur mission était de mener des opérations spéciales contre les forces nazies en Norvège occupée. Les deux unités étaient Shetlandsgjengen (Shetland Bus), qui a utilisé des navires de pêche pour transporter des personnes et des matériaux en provenance de Norvège, et Kompani Linge (Norwegian Independent Company), d' abord sous le commandement du lieutenant Martin Linge. Les deux unités étaient sous le commandement de la British Special Operations Executive .

En 1953, la marine norvégienne a formé un groupe de naguer de combat. Cette unité était sous le commandement de Ove Lund, et est à l'origine de l'unité moderne des Marinejegerkommandoen. La mission des hommes-grenouilles était de mener des actions de reconnaissance et des missions de sabotage contre des cibles ennemies sur et sous l'eau. Les nageurs ont également mené des actions de déminage.

Les missions deviennent progressivement plus complexes et différentes spécialités de nageur émergent. Cela a conduit à la divison de l'unité avec une branche déminage et une branche de deux commandos. Parmi les groupes de nageurs, l'un était basé à la base navale Ramsund dans le nord de la Norvège, et l'autre était basé à la station navale Karljohansvern dans le sud Norvège.

Les deux équipes de nageurs de combat ont finalement été fusionnés en un seul et basé à Ramsund. Ils ont ensuite changé de nom pour : Marinejegerkommandoen . Aujourd'hui , l'unité a sa base principale à Bergen, avec des installations de formation en Ramsund.

© Torbjørn Kjosvold

Rôle

Le Marinejegerkommandoen joue un rôle essentiel dans les opérations de guerre moderne. L'unité effectue des missions qui nécessitent une planification minutieuse, une réaction rapide, de haute précision, la mise en œuvre secrète, l'audace, le courage et la capacité de travailler de façon autonome. Comme avec toutes les missions "Forces Spéciales", elles visent des objectifs de haute valeur stratégique.

Sécurité intérieure : Le Marinejegerkommandoen assure une veille nationale antiterroriste pour aider la police norvégienne si nécessaire (aux côtés de Forsvarets spesialkommando ), et est également en attente continue pour les opérations internationales.

Opérations Extérieures : Le Marinejegerkommandoen a participé à un certain nombre d'opérations internationales. L'unité a mené des opérations en Afghanistan en 2002 (Task Force K-Bar), en 2003 et en 2005-2006, dans le cadre de l' opération Enduring Freedom . L'unité a également été impliqué dans la formation de la Police nationale afghane en réponse à la crise autour de Kaboul en 2008-2009, soulageant Forsvarets spesialkommando pendant une courte période.

La contribution de MJK en Afghanistan a largement été gardé secret, mais d'après les peu d'informations disponible, ses missions ont inclus AD (action directe) , Appui aérien contrôlé (JTAC) et SR (surveillance spéciale et reconnaissance), et en coopérant avec les autres forces de la coalition pour la lutte contre les talibans et Al-Qaïda.

Après l' Afghanistan, MJK a déployé deux à bord de la frégate norvégienne Marine HNoMS Fridtjof Nansen (F310) au large des côtes de la Somalie, la conduite des opérations anti-piraterie dans le cadre de l' opération Atalante (2009) et l' opération Ocean Shield (2013).

En Janvier 2013, les médecins spécialistes de MJK, ont été envoyés dans le cadre de la crise des otages In Amenas en Algérie, par le biais d'un Hercules C-130.

© Torbjørn Kjosvold

Les commandants

Petter Hellesen ( avant 2014)
Tom Robertsen (depuis 2014)

Sélection / Formation

Sélection (5 semaine) : Le but est de trouver des personnels qui sont susceptibles de terminer la formation.

Marinejegerkurs (4 mois) : Formation de base dans divers domaines : le tir, l'orientation, la patrouille, navigation maritime et sous marine. Avec des évaluations en continu, visant a tester l'endurance et la motivatio du candidat.

La spécialisation (18 mois) : Après avoir validé la formation basique sur la base navale de Ramsund, les candidats sont transféres sur la base de Harstad, pour suivre des instructions spécialisées.

Après cette longue formation les opérateurs sont brevetés et opérationnels, et rejoigne le siège de l'unité à Bergen.

Site non officiel