.
.
.
.
.
.

SEAL - US Navy SEALs

Les SEAL acronyme de Sea, Air, Land (en français "mer, air et terre") ou Navy SEALs sont la principale force spéciale de la marine nationale des États-Unis (US Navy).

Les équipes SEAL sont entraînées pour être déployées sur une variété de missions, dont les opérations de reconnaissance spéciale, la guerre non conventionnelle, la défense depuis l'étranger, les prises d'otage, le contre-terrorisme, la préparation de terrain avant un débarquement et la capture de chefs de guerre. Sans exception, tous les membres des SEAL font partie de la marine militaire ou des garde-côtes.

Histoire

Les origines des SEAL remontent à la Seconde Guerre mondiale, quand la marine américaine se rendit compte que pour permettre à ses troupes d'assaut de prendre pied avec succès sur les plages de débarquement, elle aurait besoin de soldats pour effectuer des reconnaissances des sites prévus, noter les obstacles et défenses existants, puis guider les forces d'assaut. La suite fut la création de l'Amphibious Scout and Raider School, créée conjointement par l'US Army et l'US Navy en 1942 à Fort Pierce en Floride. Il était envisagé d'entraîner des démineurs et des nageurs de combat expérimentés de l'armée de terre et des Marines, en créant ainsi la Naval Combat Demolition Unit (NCDU).

La NCDU fut employée au départ pendant l'opération Torch, lors de l'invasion de l'Afrique du Nord en 1942. Cette unité devint le premier groupe spécialisé dans les tactiques et incursions amphibies de l'US Navy.

L'année 1943 vit le programme de la Amphibious Scout and Raider School s'élargir avec l'intégration de la spécialité démolition sous-marine. À la suite du désastre de la force de débarquement sur Tarawa en novembre 1943, quand des récifs coralliens et autres obstacles à la surface provoquèrent de nombreuses pertes chez les Marines, le vice-amiral Richmond K. Turner prit en charge la formation de neuf équipes de démolition sous-marine, pour la plupart composées de membres des bataillons de construction navale de la marine américaine, les Seabees (CB ou Construction Battalion). Ces volontaires étaient organisés en équipes spéciales et étaient chargés de la reconnaissance et du nettoyage des obstacles sur les plages, pour permettre aux troupes d'assaut amphibies de mettre pied à terre, puis devinrent par la suite des unités de reconnaissance de nageurs de combats, finalement nommés UDT "Underwater Demolition Team".

Les UDT participèrent directement durant la Guerre de Corée au débarquement de Inchon, comme à bien d’autres missions de raids comprenant la destruction de ponts et d’autres ouvrages d’art, entrepôts et tunnels accessibles par la mer, le fleuve, ou les rivières. À ces missions de destruction se sont ajoutées des missions de protection et de sécurisation d'installations portuaires. Ainsi, les missions se sont progressivement tournées vers la lutte anti-insurrectionnelle, dans les années 1960.

La Navy avait besoin de déterminer son rôle exact au sein de l'arène des opérations spéciales. En mars 1961, Arleigh Burke, chef des opérations navales, recommanda la mise en place d'unités de guérilla et de contre-insurrection. Ces unités devaient être capables d'opérer sur mer, dans les airs comme sur terre. Ce fut le début des SEAL. Beaucoup de membres des SEAL venaient des unités UDT, qui avaient déjà acquis de l'expérience dans la guerre commando en Corée, cependant, les UDT restaient nécessaires au sein de la force amphibie de la Navy.

Les hommes des SEAL nouvellement formés étaient entraînés dans certains domaines non-conventionnels comme le close combat, le saut en parachute à haute altitude, la démolition, et les langues étrangères. Les SEAL ont suivi une formation de remplacement UDT et ont passé un certain temps dans la formation UDT. Pour en faire une équipe SEAL, ils devaient être soumis à un endoctrinement de niveau SEAL appelé SBI (SEAL Basic Indoctrination), à Camp Kerry dans les montagnes Cuyamaca. À la suite de cet entraînement, ils rejoignaient un peloton et poursuivaient l'entraînement avec ce dernier.

La très secrète branche de la CIA, la Special Activities Division (SAD), et plus précisément son Special Operations Group (SOG) emploie parfois des opérateurs SEAL. Les opérations communes SEAL/CIA commencèrent avec le fameux groupe Military Assistance Command, Vietnam – Studies and Observations Group pendant la Guerre du Viêt Nam. Cette coopération existe toujours aujourd'hui et a été effective lors des guerres en Irak et en Afghanistan, ainsi que pour l'élimination d'Oussama ben Laden.

Entrainement

L'entraînement des SEAL est très rigoureux, un des plus difficiles au monde parmi les forces spéciales. Le taux de recalés à chaque session est régulièrement de 70 à 80 %. La plupart des SEAL passent plus d'un an dans des séries de formations avant de se voir attribuer le badge de Special Warfare Operator Naval Rating et le niveau Navy Enlisted Classification (NEC) 5326 Combatant Swimmer ou dans le cas d'officiers de marine, l'appellation Naval Special Warfare Officer.

Tous les SEAL doivent participer et sortir diplômés de leur 24 semaines à la "A" School, connue sous le nom de Basic Underwater Demolition/SEAL (BUD/S) school, une formation de base en parachutisme suivie du programme de 18 semaines du SEAL Qualification Training (SQT). Tous les marins entrants au SEAL s'entraînent parallèlement pour obtenir la qualification Hospital Corpsman et ceux choisis par le Naval Special Warfare Command doivent aussi suivre la formation de 57 semaines de United States Army Special Forces Medical Sergeant et obtenir par la suite le niveau NEC SO-5392 Naval Special Warfare Medic avant de rejoindre une équipe opérationnelle.

Une fois sortis de l'environnement de formation classique, les SEAL entrent dans une nouvelle équipe, au début d'une rotation opérationnelle, et peuvent s'attendre à 18 mois de formation, entrecoupés de congés et autres repos avant chaque déploiement de 6 mois. Au total, entre le moment où un candidat SEAL entre au service de l'armée, et le moment où il finit son premier cycle de formation préalable au déploiement, il peut s'écouler plus de 30 mois pour que son entraînement soit complet et lui permette enfin son premier déploiement.

Composante

- Groupes Naval Special Warfare

Le Naval Special Warfare Command a été créé le 16 avril 1987 sur la base navale de Coronado (Californie) avec pour mission de préparer les opérations spéciales navales, de mener la recherche et le développement de doctrines, de stratégies et de tactiques pour la lutte anti-terroriste, en héritant de la tradition des Seabees, le travail en équipes et les improvisations heureuses.

Le Naval Special Warfare Command est organisé selon la configuration suivante :

Naval Special Warfare Group 1 : Équipes SEAL 1/ 3 / 5 / 7
Naval Special Warfare Group 2 : Équipes SEAL 2 / 4 / 8 / 10
Naval Special Warfare Group 3 : Équipe SEAL Delivery Vehicle 1
Naval Special Warfare Group 4 : Équipes Special Boat 12 / 20 / 22
Naval Special Warfare Group 11 : Équipes SEAL 17 / 18 / 34

Le nombre total de SEAL assignés au Naval Special Warfare Command est d'approximativement 2 000 sur un effectif total de 6 500. Environ la moitié du contigent de SEAL est basé à la Little Creek Naval Amphibious Base et la Dam Neck Annex à Virginia Beach en Virginie. Les autres se trouvent au quartier général de la Naval Amphibious Base Coronado en Californie ou avec le SDVT-1 à Pearl Harbor à Hawaï.

- Les équipes SEAL

Les équipes SEAL (SEAL Teams) sont réparties en deux groupes : le Naval Special Warfare Command Group One (NSWG-1) et le Naval Special Warfare Group Two (NSWG-2), placés sous la tutelle du Naval Special Warfare Command, basé à Coronado en Californie.

Depuis 2006, il y a huit équipes SEAL, portant les numéros 1 / 2 / 3 / 4 / 5 / 7 / 8 et 10. Le SEAL Team 6 est une équipe spécifique, attachée au Joint Special Operations Command (JSOC), et également connue sous le nom de Naval Special Warfare Development Group.

Les équipes portant un numéro impair sont affectées au NSWG-1 à Coronado sur la côte Ouest des États-Unis, et celles aux numéros pairs sont sous les ordres du NSWG-2 sur la base navale de Little Creek en Virginie, sur la côte Est.

Il existe également une équipe spécialisée dans la mise en œuvre des mini-sous-marins SEAL Delivery Vehicle appelée SEAL Delivery Vehicle Team ONE (SDVT-1), qui est affectée au NSWG-3 et qui opère également un détachement à Little Creek.

Chaque équipe SEAL est commandée par un commander et possède normalement un élément d'état-major et trois SEAL Troops (SEAL TP). Chaque SEAL Troop comprend deux SEAL Platoons (sections) comprenant 3 officiers et 12 à 14 sous-officiers SEAL.

Les sections sont appelées de manière alphabétique de Alpha Platoon à Foxtrot Platoon.

Le personnel d'une section SEAL est qualifié plongeur, parachutiste, et artificier, et formé aux tactiques de petites unités et aux opérations maritimes. Les hommes de rang se voient affecter une ou plusieurs spécialité parmi les sept suivantes : renseignement, plongée, transmissions, premier lieutenant (véhicules terrestres et maritimes), matériel (armes, munitions, optiques), opérations aériennes (rappel, parachutes) et médical.

Les compétences de base dans un groupe sont : le tir de précision, les communications, le génie maritime, l'appui aérien rapproché, brancardier, éclaireur/navigateur, interrogateur, conducteur principal/navigateur, opérateur en armes lourdes, l'exploitation des sites sensibles, la maîtrise en opérations aériennes, l'escalade, le pilotage de pointe/navigation, le déminage, la surveillance technique et les opérations spéciales avancées.

Les SEAL Teams fonctionnent sur un cycle de 2 ans à quatre étapes : un an d'entraînement individuel puis collectif, 6 mois de préparation au déploiement et 6 mois de déploiement. Lors des deux dernières phases, les SEAL Teams reçoivent le contrôle opérationnel des éléments d'appui et de soutien, formant un Naval Special Warfare Squadron (NSWRON, escadron d'opérations spéciales navales).

Site non officiel