.
.
.
.
.
.

Commando Marine - Commando PONCHARDIER

"A la vie, à la mort"

Histoire

Le commando Ponchardier est une unité de l'Armée française constituée par l'amiral Henri Nomy à la fin de la Seconde Guerre mondiale sur le modèle des SAS britanniques. Le bataillon, initialement destiné à intervenir en Indochine au sein du CLI (5e RIC) contre les Japonais, est engagé contre le Viet-Minh dans la région de Saigon de fin 1945 à mi 1946.

Le 1er janvier 1945, le commando parachutiste de l'aéronautique navale s'installe à la BAN Hyères Le Palyvestre. Il rejoint le 22 février 1945 le camp de Peterborough afin de recevoir son instruction commando et d'obtenir le brevet parachutiste. Le 29 juin, un détachement de 73 hommes embarque à Toulon et rejoint le 2 aout le camp de Kurunegala à Ceylan.

Le commando est intégré au CLI2-5e RIC du commandant Huard le 1er septembre 1945 et devient le SAS Bataillon. Il ne comporte alors que les 3 commandos B1, B2 et B3.

Le Japon ayant capitulé, l'unité est désignée pour combattre le Viet Minh en Indochine et embarque sur le Princess Beatrix et le cuirassé Richelieu pour Saigon où il débarque les 3 et 4 octobre 1945.

À partir du 12 octobre, le SAS B intervient dans la libération du nord de Saigon puis du 25 octobre au 27 décembre il libère la ville de Mytho et la zone Vinh Long - Cantho - Tra Cu situées au sud-ouest de la capitale de la Cochinchine.

De retour à Saigon, Ponchardier constitue le 22 janvier un quatrième commando, le B4, à partir d'effectifs du commando léger no 2 (CL 2)3 qui vient d'arriver en Indochine.

Du 25 au 30 janvier les quatre commandos, aidés du 1er RFM et du RBFM4, interviennent dans la région de Bien Hoa au nord-est de Saigon.

Le 16 février 1946, en vue d'être parachuté sur Hanoi lors de l'opération Bir Hakeim, le commando devient groupement autonome et dépend directement de Leclerc. L'opération est annulée au dernier moment5.

Le 3 avril 1946, le groupement procède au premier largage d'une antenne chirurgicale parachutiste, constituée des médecins Dumetz, Salinesi et Huc, et destinée à secourir deux blessés graves du III/43e RIC dans la région de Camau au sud-est de Cantho6.

Du 14 avril au 1er mai, le commando continue les opérations au nord de Saigon - An Loc Dong (14/4), Tan Uyen (17/4), An Son (1/5) - puis au nord-ouest, du 22 mai au 1er juin, autour de Tay Ninh à proximité de la frontière cambodgienne. Il est aidé dans ses opérations par des détachements de la 13e DBLE.

Le 28 août 1946, le SAS B embarque sur le paquebot Île-de-France et est dissous à son arrivée à Toulon le 17 septembre7. En décembre 1947 la Marine Nationale met sur pied un autre commando parachutiste qui prend le nom de « commando Hubert ». Le commando Hubert deviendra une unité des nageurs de combat en 1953 par Claude Riffaud du commando François qui a intégré le commando Hubert en 19518.

Le 11 septembre 2015, cérémonie de création du commando Ponchardier chargé de l'appui aux opérations spéciales. Il est basé à Lanester.

Aujourd'hui

Le commando est recréé par décision du ministre de la Défense le 11 septembre 2015 après sa dissolution en 1946. Il porte le nom de l'amiral Pierre Ponchardier, son chef de corps lors de sa création initiale.

Alors qu’il avait un temps été envisagé de la baptiser François, du nom du célèbre commando décimé en Indochine en 1951, la septième unité des commandos marine porte finalement le nom de l’amiral Pierre Ponchardier, fondateur des forces d’élite de la Marine nationale en 1945.

Sa mission : L’appui aux opérations spéciales dans les domaines aéromaritimes et terrestres, au profit des cinq commandos de combat de la Marine nationale : Trépel, Jaubert, de Monfort, de Penfentenyo et Hubert. Le nouveau commando assurera ainsi le soutien technique des équipements employés par les unités combattantes (embarcations, véhicules tactiques, systèmes d'information et de communication, armement, munitions).

Environ 160 hommes ont rejoint le commando Ponchardier. Il ne s’agit pas de nouvelles recrues mais de marins qui oeuvraient déjà au profit des forces spéciales de la marine, y compris en opérations. Ils n’avaient toutefois pas le statut de commando. Pour des soucis de cohérence et d’efficacité de la FORFUSCO mais aussi d’intégration au sein du Commandement des Opérations Spéciales (COS), qui planifie et conduit les opérations spéciales en s’appuyant sur les commandos des trois armées, il a donc été décidé de créer un septième commando spécialisé dans le soutien.

Fanion

Le fanion est décoré de la Croix de guerre 1939-1945 avec deux palmes pour ses deux citations à l'ordre de l'Armée :

- 30 avril 1946 : 1re citation signée du général Juin et remise en présence du général Leclerc à Saigon.
- 7 octobre 1947 : 2e citation signée du Président du Conseil Paul Ramadier

Le fanion et les anciens du SAS B portent la fourragère aux couleurs de la Croix de Guerre 1939-45.

Site non officiel