.
.
.
.
.
.

SOG - Sarskilda Operationsgruppen

Le Särskilda Operations Gruppen (SOG, ou Groupe des Opérations Spéciales en français) est une unité de forces spéciales au sein des forces armées suédoises. Sa garnison se trouve à la forteresse de Karlsborg, dans la province du Västergötland.

Histoire

Le SOG a été créé en 2011 à la suite de la fusion du Särskilda Skydds Gruppen (SSG, ou Groupe de Protection Spéciale en français) et du Särskilda Inhämtnings Gruppen (SIG, ou Groupe de Reconnaissance Spéciale en français). Cette fusion a eu lieu pour regrouper les organes de commandement et de soutien pour fournir un meilleur appui opérationnel.

Organisation

Le Groupe des opérations spéciales (SOG) répond directement au commandant suprême et au directeur des forces spéciales . L'unité, combinée au commandement des forces spéciales, comprend les forces spéciales des forces armées suédoises (FM SF). En plus de cela, il existe plusieurs unités de soutien des forces spéciales (FM SOF). Le personnel est spécialement sélectionné, formé et équipé pour le transport aérien, maritime et terrestre, le soutien technique, logistique et médical Par exemple: l'unité de transport maritime spécial (STE), le groupe des signaux spéciaux (SSE) et la section pour la technologie opérationnelle spéciale (SOT).

SOG se compose de deux unités (IE).
- IE1 se concentre sur les tâches de combat (Action directe)
- IE2 se concentre sur la collecte de renseignements (Reconnaissance spéciale). Les exigences pour IE2 est légèrement inférieur à celui de IE1. Dans IE2 il ya aussi des opérateurs de renseignement féminins.

Une équipe SOG typique se compose de quatre opérateurs : un chef d'équipe, un expert en démolition, un opérateur radio et un médecin de combat. Chaque patrouille peut être complétée par des techniciens EOD (déminage), des spécialistes JTAC (déisgnation aérienne) ou des snipers.

Opérations

L'une des missions du SOG est la protection du commandant militaire ou d'autres officiers supérieurs des forces armées suédoises quand ils visitent des zones d'opérations extérieures. Cependant, leur utilisation la plus fréquente est lors d'opérations spéciales multinationales telles que l'Action directe, la Reconnaissance spéciale et l'Assistance militaire.

Les opérations de combat du SOG sont d'une grande importance stratégique et ne peuvent être accomplies par des forces conventionnelles ou des systèmes d'armes à distance. Les missions de combat peuvent consister à éliminer des objectifs de grande valeur ou des objets d'une grande importance pour l'ennemi, mener des opérations complexes de sauvetage du personnel suédois captif ou en otage et à recueillir de l'information stratégique dans le temps.

La reconnaissance spéciale et la collecte de renseignement sont destinés à recueillir des informations d'une grande importance tactique au sujet des activités de l'ennemi, du personnel ennemi ou d'autres informations d'importance opérationnelle.

Les forces spéciales peuvent également être chargées de conseiller et de former des unités militaires étrangères dans le cadre d'une opération militaire internationale de maintien de la paix.

L'unité maintient un haut niveau de préparation et peut être déployée à court préavis dans un rayon de 6000 km de Stockholm et peut fonctionner dans n'importe quel environnement, par exemple la jungle, le désert, la montagne, milieur sub-arctique et urbain. L'unité est déployée sur demande de l'ONU , de l'UE ou de l'OTAN, mais doit être validé au niveau politique.

L'unité est légèrement équipée pour une plus grande mobilité, tant tactique que stratégique. SOG s'efforce de simplifier la planification et l'exécution, et l'imprévisibilité grâce à des méthodes non conventionnelles et flexibles.

En raison de la sécurité opérationnelle, les capacités, l'équipement, les méthodes opérationnelles, les opérations antérieures ou en cours et les identités de leur personnel sont classifiées.

Les prédécesseurs du SOG, le SSG et le SIG , ont participé à des opérations dans les Balkans, le Congo, le Tchad et la République centrafricaine. Les forces spéciales suédoises ont également été déployées en permanence en Afghanistan depuis le début du conflit jusqu'au retrait des forces de la FIAS en 2014. A partir de 2015, un contingent d'une trentaine d'opérateurs de la SOG et ses unités de soutien participent à l' opération Inherent Resolve, agissant en tant que formateurs pour les forces kurdes Peshmerga.

Sélection

La sélection est ouverte pour les membres des forces armées des deux sexes qui sont au moins admissibles à la formation d'officier spécialisé et ne peuvent être passés qu'une seule fois, à moins que des circonstances atténuantes ne provoquent un échec du candidat à la première tentative.

Les candidats sont invités à se préparer au moins six mois avant le cours de sélection et sont invités à assister à un week-end de présélection où ils seront testés et informés sur leur probabilité de succès ou d'échec et aussi où ils doivent améliorer.

Le processus de sélection dure deux semaines et se tient une fois par an. La sélection pour SOG est cependant annoncée sur le site Web des Forces armées et est ouverte à toute personne qui répond aux exigences de base. La 1ère semaine de la sélection se compose d'un exercice de terrain extrêmement éprouvant, s'étendant sur plus d'une semaine, où les candidats sont testés sur leur condition physique, la rusticité, la navigation terrestre et les tests sont effectués en condition de stress. La 2ème semaine comprend des tests psychologiques, semblables à ceux entrepris par les pilotes de chasse. Ils sont également testés par rapport à leur prédisposition aux phobies, telles que la hauteur et les espaces confinés. Si le candidat réussit, il commencera le cours d'opérateur de base qui dure 12 mois et est divisé en trois blocs :

- Compétences de base en combat
- Compétences en patrouille
- Cours spécialisés

Une fois terminé, l'opérateur sera mis dans une équipe opérationnelle et peut être déployé avec l'unité.

Le personnel qui demande à se joindre à l'unité lorsque les opérateurs EOD ou JTAC subissent le même processus de sélection que les opérateurs normaux mais effectuent un cours d'opérateur de base de 8 mois plus court, après quoi ils suivent une formation spécialisée dans la fonction EOD ou JTAC.

Les opérateurs s'entraînent dans leur complexe, un lieu secret près de Karlsborg, composé de champs de tir mais également un grand bâtiment de plusieurs étages CQB (close quarter battle), avec doublure anti-balles sur les murs. Le bâtiment facilite également les psoer d'hélicoptères sur le toit.

Attributs

Leur blason : Sur un bouclier noir est une étoile à six branches en argent dans le coin supérieur gauche. Il a été développé par le Conseil des Forces Armées des Traditions et symbolise la capacité de l'unité de résoudre des problèmes non conventionnels, l'efficacité et les opérations clandestines, et l'étoile asymétrique positionné symbolise la guerre asymétrique.

Les insignes d'unité portés par chaque opérateur sur l'uniforme de combat se compose d'un poignard nordique ailé (Seax) avec une étoile asymétrique à six branches.

Le personnel des forces spéciales suédoises, ainsi que ses unités de soutien, portent également un béret vert olive avec un insigne noir et brodé, le seul insigne non métallique au sein des forces armées suédoises.

Ex SSG - Särskilda Skyddsgruppen

Särskilda Skyddsgruppen (groupe spécial de protection, SSG) était une unité d' opérations spéciales de l'armée suédoise qui est devenue active en 1994. Le nombre exact d'opérateurs a été classé, mais il était considéré comme étant entre 60 et 80, avec une moyenne d'âge de 31 ans. Ils ont été déployés pour atteindre des résultats précis, bien définis et souvent chronologiques, d'importance stratégique ou opérationnelle qui n'auraient pas pu être obtenus grâce à l'utilisation de forces conventionnelles. Les missions typiques entreprises par le SSG étaient d'engager et de détruire des cibles d'une grande importance pour l'ennemi, de sauver des personnes capturées par l'ennemi ou retenues en otage et le receuil du renseignement. Les missions de la SSG ont obligé ses opérateurs à s'infiltrer en toute discrétion et à se déplacer à l'intérieur d'un territoire hostile et à ne pas être détectés pendant de très longues périodes.

En 1994, l'unité a été fondée, bien que l'existence de l'unité n'ait été rendue publique qu'en 1997. Plusieurs raisons expliquent la création de la SSG : la menace de forces spéciales étrangères qui visait à tuer les hauts responsables militaires et civils (par exemple les politiciens). La SSG a été conçue pour exécuter des opérations que les régiments militaires existants n'avaient pas les compétences d'accomplir. L'autre était que, au début des années 1990, les missions de l'armée suédoise étaient beaucoup plus complexes et plus sensibles qu'auparavant.

En 2002, en Afghanistan, la SSG a contribué à la sécurité et la protection personnelle du roi afghan, Mohammad Zahir Shah, revenant d'un exil en Italie. La SSG et d'autres Forces d'opérations spéciales ont également formé des militaires afghans.

En novembre 2003, SSG et la FJS/IK ont été envoyées au Zaïre (maintenant République démocratique du Congo), avec des membres des forces spéciales françaises CPA10 et 1er RPIMa pour l'opération Artemis. La mission était de stabiliser la situation dans la zone autour de la ville de Bunia et d'arrêter les meurtres. Peu de temps après l'opération Artemis, une nouvelle unité, Särskilda Inhämtningsgruppen (Groupe de Reconnaissance Spéciale, SIG) a été fondée à partir du FJS/IK dont l'objet était la collecte d'informations.

Les 17 et 18 mars 2004, lors des émeutes à Caglavica, près de Pristina, au Kosovo, les opérateurs SSG ont mené des opérations de contre-sniper. Plus de 30 fusils de précision SVD Dragunov ont été récupérés en une heure après que le commandant adjoint du bataillon leur ait accordé le droit de faire feu.

Le 25 novembre 2005, quatre agents de la SSG ont été blessés lors d'une mission de reconnaissance dans le nord de l' Afghanistan, 2 d'entre eux sont morts de leur blessure.

En 2008, SSG et SIG ont été déployés au Tchad pour préparer la contribution suédoise des marines à l'EUFOR.

En 2011, la SSG et SIG ont été fusionnées pour créer le groupe d'opérations Särskilda (Groupe d'opérations spéciales, SOG).

Site non officiel